Travailler sans fumée - les faits

(at) L’exigence relative aux locaux fermés sans fumée se fonde sur des preuves évidentes des dommages que la fumée passive provoque sur la santé. Des études réalisées également en Suisse démontrent que les dispositions légales visant à protéger la population contre le tabagisme passif améliorent la santé de manière significative. 

Qu'est-ce que la fumée passive?

La fumée du tabac est composée d'un mélange de plus de 4'000 substances chimiques, dont une cinquantaine sont connues pour être cancérigènes. La fumée environnante constituée de l'émission de fumée résultant de la combustion de la cigarette incandescente (entre les bouffées) et de la fumée expirée par le fumeur contient elle aussi les mêmes produits nocifs. Mais la nocivité de plusieurs de ces substances toxiques est encore accrue par la température plus basse de la fumée environnante qui favorise leur concentration.

Nach oben

Pourquoi la fumée passive pose-t-elle problème?

La fumée du tabac est la principale source de pollution atmosphérique dans les lieux fermés où il est permis de fumer.

La fumée du tabac est la cause principale de forte exposition aux particules fines. Une étude scientifique réalisée sur mandat de la Ligue pulmonaire suisse a montré pour la première fois la charge en particules fines dans les établissements publics de Suisse. Ont été mesurées en particulier les PM 2,5, plus fines que 2,5 micromètres, qui pénètrent en profondeur dans les poumons. Les particules fines contenues dans la fumée du tabac sont cancérigènes.

Les 129 mesures réalisées entre novembre 2007 et mi-janvier 2008 dans 99 restaurants, bars et cafés de Suisse romande et alémanique ont donné les résultats suivants:

  • la concentration moyenne en particules fines est huit fois plus élevée dans un établissement fumeur que dans un établissement non-fumeur; 
  • la concentration moyenne en particules fines était dix fois plus élevée dans six bars que dans les établissements non-fumeurs;
  • la concentration extrême en particules fines peut être jusqu'à 33 fois plus élevée;
  • la concentration en particules fines reste trois fois plus importante dans une salle non-fumeur séparée que dans un établissement non-fumeur.

Nach oben

Quels sont les effets nocifs de la fumée passive sur la santé?

  • Chez les adultes non-fumeurs, la fumée passive nuit avec effet immédiat au système cardiovasculaire, entraîne des cancers du poumon, ainsi que des maladies cardiaques et des attaques cérébrales.
  • Chez les enfants, la fumée passive ralentit la croissance des poumons, engendre de l’asthme et favorise les maladies respiratoires et les otites moyennes. De plus, elle augmente le risque d'un faible poids à la naissance et de mort subite.

Les femmes enceintes et allaitantes, les enfants, les malades pulmonaires, asthmatiques et cardiaques sont particulièrement menacés par le tabagisme involontaire. Une demi-heure dans un local enfumé suffit pour ralentir la circulation sanguine jusqu'au coeur.

Nach oben

Pourquoi les systèmes de ventilation sont inefficaces contre le tabagisme passif?

Même les installations puissantes des restaurants et des bars ne suffisent qu'à éliminer la fumée traînante visible. Des études scientifiques sur les systèmes de ventilation ont permis les conclusions suivantes:

  • les filtres à air n'empêchent pas les minuscules gaz hautement toxiques de la fumée du tabac de rester à l'intérieur
  • la ventilation des locaux fermés devrait par ailleurs atteindre la force d'un ouragan pour apporter une véritable protection contre ces gaz.

Nach oben

Quelle est l’efficacité de la protection contre la fumée passive en Suisse?

En Suisse aussi, des travaux scientifiques ont prouvé les effets positifs d'une protection efficace contre le tabagisme passif. 

Rythme cardiaque 
Comment l'introduction de réglementations légales pour des cafés et restaurants sans fumée influence-t-elle la santé des employé-e-s de service? L'étude COSIBAR (cohort study on smokefree interventions in bars and restaurants) a enregistré pour la première fois, en plus de l'exposition au tabagisme passif, la variabilité de la fréquence cardiaque notamment. Ces mesures objectives ont plus de valeur scientifique que des indications subjectives de la part des employé-e-s quant à d'éventuelles difficultés respiratoires par exemple.

  • Après l'introduction de cafés et restaurants sans fumée en mai 2010, les conditions d'exposition au tabagisme sur les lieux de travail se sont nettement améliorées. L'exposition est seize fois inférieure en moyenne. 
  • Cette moindre exposition au tabagisme passif a entraîné dans les six à douze mois une augmentation significative de la variabilité du rythme cardiaque, et donc une diminution correspondante du risque d'infarctus du myocarde. 

L'introduction des dispositions légales pour des cafés et restaurants sans fumée a donc des répercussions positives sur la santé des employé-e-s de service: 

  • Les troubles du rythme cardiaque induits par l'exposition au tabagisme passif sur les lieux de travail peuvent être réduits. 
  • L'augmentation de la variabilité du rythme cardiaque grâce à l'introduction de lieux de travail sans fumée est trois fois plus importante en moyenne que sa baisse naturelle par année d'âge. Autrement dit, l'introduction de cafés et restaurants sans fumée a rajeuni de trois ans les employé-e-s de service en ce qui concerne la variabilité de leur rythme cardiaque. 

L'étude COSIBAR est conduite par l'Institut tropical et de santé publique Suisse à Bâle, en collaboration avec l'Institut universitaire romand de santé au travail à Lausanne et avec l'Institut de médecine sociale et préventive de l'Université de Zurich. 

Broncho-pneumopathie chronique obstructive 
Une étude réalisée par les hôpitaux universitaires de Genève confirme pour la première fois un net recul des hospitalisations pour affections respiratoires et notamment des pneumonies et des broncho-pneumopathies chroniques obstructives (BPCO) suite à l'introduction de la loi sur l'interdiction de fumer dans les lieux publics en novembre 2009. 

Jusqu'en décembre 2010, les hospitalisations pour affections respiratoires, pneumonies et BPCO en particulier ont diminué de 19% parmi les résidents genevois. Ce résultat est une nouveauté, car aucune étude n'avait précédemment établi une telle baisse statistique. 

Infarctus du myocarde 
Depuis mars 2008, les espaces fermés accessibles au public sont sans fumée dans le canton des Grisons. Le nombre de nouveaux cas de syndromes coronariens aigus a de nouveau nettement baissé pendant la deuxième année après l'entrée en vigueur des dispositions légales en la matière. Dans un tel cas, les directives médicales recommandent de procéder à une coronarographie. 

  • Avec 21% en moyenne, le nombre de coronarographies a nettement baissé ces deux dernières années par rapport aux deux années antérieures. 
  • Cette diminution s'est limitée aux non-fumeurs et non-fumeuses. Elle est particulièrement marquée chez les personnes ayant déjà présenté des troubles cardiaques. 
  • Aucun recul comparable n'a été constaté entre mars 2007 et février 2010 dans le canton de Lucerne, qui n'a introduit aucune loi cantonale avant l'entrée en vigueur de la loi fédérale sur la protection contre le tabagisme passif en mai 2010.

Nach oben

Qui est exposé à la fumée passive en Suisse?

  • En 2013, 6 pour cent au total des plus de 15 ans étaient exposés involontairement à la fumée passive pendant au moins 7 heures par semaine. Ce pourcentage était de 3,8 pour cent parmi les non-fumeurs.
  • L’exposition est maximale dans les restaurants, les cafés et les bars, ainsi que chez des amis, des parents et des connaissances; elle peut y atteindre quelque 25 pour cent.
  • 17 pour cent des gens sont exposés à la fumée passive à l’école ou sur leur lieu de travail.
  • Les adolescents et les jeunes adultes sont victimes d’une exposition bien supérieure à celle de leurs aînés: parmi les 14-19 ans, 19 pour cent sont contraints au tabagisme passif au moins 7 heures par semaine; chez les 20-24 ans, le taux atteint 21 pour cent.
  • 89 pour cent des personnes de plus de 15 ans se déclarent favorables à une interdiction générale de fumer dans les espaces publics fermés, dans les restaurants, les cafés et les bars. Le Tessin est le canton qui exprime le plus fortement ce souhait, avec plus de 98 pour cent de la population en faveur de cette interdiction. En 2007, le Tessin a d’ailleurs été le premier canton à introduire une loi allant dans ce sens. Même parmi les fumeurs quotidiens, 80 pour cent sont partisans d’une interdiction générale de fumer.
  • 15 pour cent des citoyens de plus de 15 ans avouent agir plus ou moins fréquemment sans respecter la loi sur la protection contre le tabagisme passif.
  • Au sein de la population active, 70 pour cent des personnes savent que la protection contre le tabagisme passif sur le lieu de travail est prescrite par la loi. 11 pour cent rapportent des infractions occasionnelles ou régulières à ces dispositions légales dans des espaces communs.
  • 78 pour cent des gens de plus de 15 ans appliquent une interdiction stricte de fumer chez eux. 14 pour cent interdisent de fumer mais acceptent de faire quelques exceptions. Quant aux fumeurs, 74 pour cent d’entre eux affirment ne jamais fumer chez eux.
  • 3,1 pour cent des personnes interrogées admettent que l’on fume chez eux en présence d’enfants ou d’adolescents. C’est en Suisse romande que le pourcentage est le plus élevé avec 7 pour cent, contre 3,2 pour cent au Tessin et 1,9 pour cent en Suisse alémanique.

Nach oben

Source

2006 Surgeon General's Report - The Health Consequences of Involuntary Exposure to Tobacco Smoke Ouvre un lien externe dans la fenêtre courantewww.cdc.gov/tobacco/data_statistics/sgr/2006/index.htm.

2014 Surgeon General's Report: The Health Consequences of Smoking - 50 Years of Progress Ouvre un lien externe dans une nouvelle fenêtrewww.cdc.gov/tobacco/data_statistics/sgr/50th-anniversary/index.htm.

The Smoke Free Partnership (Cancer Research UK, European Respiratory Society, Institut National du Cancer and the European Heart Network), Lifting the smokescreen. 10 reasons for a smoke free Europe, Manuscript completed in February 2006 Opens external link in current windowwww.smokefreepartnership.eu.

Ligue pulmonaire suisse, Concentration de poussières fines dans les établissements de restauration, Ouvre un lien externe dans une nouvelle fenêtrehttp://www.bag.admin.ch/tabak_praevention/tpf/index.html?lang=fr&id=119.

American Society of Heating, Refrigerating and Air-Conditioning Engineers, Inc., ASHRAE Position Document on Environmental Tobacco Smoke. Approved by ASHRAE Board of Directors October 22, 2010, Atlanta, Georgia Ouvre un lien externe dans la fenêtre courantewww.ashrae.org

James Repace et al., Fact Sheet on Secondhand Smoke, Repace Associates, Inc., Secondhand Smoke Consultants Opens external link in current windowwww.repace.com.

Institut Tropical et de Santé Publique Suisse, Effets des diverses réglementations contre le tabagisme sur les maladies respiratoires et cardiovasculaires ainsi que sur le comportement du personnel dans les établissements de restauration: étude de cohorte (COSIBAR: Cohort study on smoke-free interventions in bars and restaurants). Rapport final, Ouvre un lien externe dans une nouvelle fenêtrehttp://www.bag.admin.ch/tabak_praevention/tpf/index.html?lang=fr&id=123.

Jean-Paul Humair et al., Etude d’impact de l’interdiction de fumer à Genève sur les hospitalisations et l’exposition de la population à la fumée passive, Rapport 25.5.2011 du Département des affaires régionales, de l'économie et de la santé, République et canton de Genève DARES Ouvre un lien externe dans la fenêtre courantehttp://ge.ch/dares.

Piero O. Bonetti et al., Incidence of acute myocardial infarction after implementation of a public smoking ban in Graubünden, Switzerland: Two year follow-up, in: Swiss Medical Weekly 2011; 141: w13206 Ouvre un lien externe dans la fenêtre courantewww.smw.ch.

Kuendig H., Notari L., Gmel G. (2014). Le tabagisme passif en Suisse en 2013 - Analyse des données du Monitorage suisse des addictions, Addiction Suisse, Lausanne, Suisse Ouvre un lien externe dans une nouvelle fenêtrewww.suchtmonitoring.ch.

Editrice: Association suisse pour la prévention du tabagisme
Texte: Nicolas Broccard
Etat: février 2015

Nach oben